Côte d’Ivoire / Inclusion Financière : une étude nationale initiée pour accroître les Paiements Marchands

Jeu 15 octobre 2020Classé dans ArticlesVue(s) 625 fois

Un atelier de lancement de l'Étude sur les Paiements Marchands en Côte d’Ivoire s'est tenu ce jeudi 15 octobre 2020 par visio-conférence.

Au cœur des échanges, il a été question du chronogramme et de la méthodologie pour l'élaboration d'une note d’orientation, afin d'accroître la numérisation des paiements marchands en Côte d’Ivoire ; et porter le taux national d’inclusion financière à 60% d'ici à 2024, à travers deux principaux canaux de paiements que sont : le paiement entre des particuliers (P2P) et le paiement entre une entreprise et un particulier (B2P).

Pour ce faire, la méthodologie bientôt appliquée par le consultant est la suivante :

- un entretien avec les acteurs en octobre 2020 ;
- la réalisation d'un benchmark international en novembre 2020 ;
- l'élaboration d'une note d'orientation en novembre 2020 ;
- la réalisation d’un atelier de restitution de l'étude en décembre 2020.

En Côte d'Ivoire, selon les données récoltées en 2019, par Better Than Cash Alliance (BTCA), partenariat mondial pour accélérer la transition des paiements en espèces aux paiements numériques ; le taux d'utilisation des services de monnaie électronique actifs est évalué à 60,12%. La valeur des paiements électroniques effectués par les Émetteurs de Monnaies électroniques (EME) en Côte d’Ivoire s’élève à 1419 milliards de FCFA contre 1619 milliards de FCFA pour les EME de l'espace UEMOA.

Il en résulte qu'en 2019, 87% des paiements marchands mobiles de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) sont réalisés en Côte d'Ivoire, tandis que moins de 20% des marchands locaux utilisent activement des paiements électroniques dans les opérations.

En Côte d’Ivoire, Alors que sur 25, 07 millions d'habitants en 2018, le nombre total de comptes électroniques recensés est plus de 23 millions, des barrières entravant l'adoption des paiements électroniques chez les populations ont été identifiées.

Il s'agit entre autres :    des barrières liées aux modèles d'approvisionnement et de distributions; des barrières liées à la technologie et à la réglementation ; des barrières liées à la réticence de la formalisation des entreprises.

Organisé conjointement par l'Agence de Promotion de l'Inclusion Financière de Côte d’Ivoire (APIF-CI) et Better Than Cash Alliance (BTCA), l’atelier virtuel de lancement de l'étude sur l'adoption des paiements marchands a enregistré une quarantaine de participants issus des structures publiques et privées.

Fermer