Rapport semestriel de surveillance des moyens et services de paiement à fin décembre 2020

Mer 17 novembre 2021Classé dans DocumentationsVue(s) 685 fois

RÉSUMÉ

1 - Partant des faits marquants, le présent rapport fait la synthèse des échanges avec les acteurs du marché et retrace l'évolution des services de paiement adossés à la monnaie électronique au cours de la période sous revue.

Il met en exergue les risques émergents dans le secteur de la monnaie électronique ainsi que les mesures prises par la Banque Centrale et les émetteurs pour les maîtriser. Les actions menées par la BCEAO en vue de la surveillance des services de transfert rapide d'argent sont également présentées. 

2- Au cours du deuxième semestre 2020, les faits marquants ont essentiellement porté sur l’agrément des sociétés Small World Financial Africa (SWFA) et Africa Digital Finance (DAF) en qualité d’établissement de monnaie électronique en Côte d’Ivoire.

3- Les principales préoccupations exprimées par les établissements de monnaie électronique lors des rencontres par visioconférence ont concerné la rémunération de l’épargne en monnaie électronique et la réglementation des FinTech dans l’Union. A cet égard, il a été rappelé que la collecte de l’épargne et l’activité de crédit relèvent exclusivement des habilitations des banques et des Systèmes Financiers Décentralisés. En outre, il a été indiqué aux émetteurs que la
Banque Centrale a créé, depuis février 2020, un Comité FinTech qui a pour mission de promouvoir un développement harmonieux des FinTech de l’UMOA afin de tirer parti des opportunités qu’elles présentent pour le développement de l’utilisation des instruments de paiement modernes et le renforcement de l’inclusion financière des populations, tout en préservant la stabilité du système financier de l’UMOA.

4- Sur une base semestrielle, le volume des opérations via les comptes de monnaie électronique s'est établi à 1,74 milliard de transactions évaluées à 20.451,66 milliards de francs CFA à fin décembre 2020, contre 1,16 milliard d’opérations pour une valeur globale de 12.346,56 milliards de francs CFA le semestre précédent, soient des hausses respectives de 50% en volume et de 65,65% en valeur. Les évolutions positives sont enregistrées au niveau
de tous les émetteurs.

5- Le nombre de transactions intra-UEMOA est ressorti à 7,32 millions pour une valeur de 344,39 milliards de francs CFA à fin décembre 2020 contre 4,52 millions d'opérations évaluées à 228,68 milliards de francs CFA à fin juin 2020, soient des hausses de 61,95% et 50,60% respectivement en volume et en valeur. Cette situation s'explique notamment par la campagne agricole du café-cacao en Côte d'Ivoire et les fêtes de fin d'année.

6- Les réceptions de fonds internationaux sur les comptes de monnaie électronique se sont établies à 200.100 transactions pour une valeur de 11,01 milliards de francs CFA à fin décembre 2020 contre 130.986 opérations estimées à 7,31 milliards de francs CFA à fin décembre 2020, soit des augmentations de 52,76% en volume et 50,62% en valeur. Ces progressions s'expliquent principalement par l’exploitation du service de réception de fonds internationaux par les établissements de crédit au Bénin, au Burkina Faso et au Mali, en partenariat avec les établissements de monnaie électronique à l’instar de la Côte d’Ivoire et du Sénégal.

7- Les émetteurs de monnaie électronique ont déclaré 24.617 cas de fraudes pour un montant de 274,32 millions de francs CFA contre 35.440 cas pour une valeur de 766,61 millions de francs CFA le semestre précédent, soit des baisses de 30,54% et 64,22% respectivement en volume et en valeur. Les émetteurs concernés sont sensibilisés à l’effet de communiquer la description détaillée des cas de transactions frauduleuses conformément au canevas de déclaration prévu au point 5.2 de l’annexe V de l’Instruction n°008-05-2015 régissant l’activité de monnaie électronique.

 

Source : BCEAO.

Fermer