La finance numérique aide les femmes rurales à épargner et à créer des microentreprises

Mar 12 juillet 2022Classé dans ArticlesVue(s) 134 fois

En Côte d’Ivoire, comme dans de nombreux autres pays à revenu faible ou intermédiaire, les entrepreneurs pauvres forment souvent de petits groupes informels en vue d’aider leurs membres à épargner de l’argent, obtenir des crédits et souscrire une assurance d’urgence. Depuis 2006, l’organisation internationale à but non lucratif CARE travaille en Côte d’Ivoire pour aider ces associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC) à établir des relations avec des institutions financières formelles, à digitaliser leurs pratiques et à dispenser à leurs membres une éducation et une formation financières.

Selon CARE, plus de 10 000 AVEC ont été créées jusqu’ici, ce qui a permis à plus de 250 000 membres d’épargner environ 146 millions de FCFA (soit environ 230 000 dollars). 

Dans le cadre d’une initiative récente, CARE s’est associée à l’institution de microfinance Advans pour offrir aux AVEC et à leurs membres la possibilité de souscrire à des services financiers numériques. Lors de sa visite de juin 2022 en Côte d’Ivoire, la Mandataire spéciale a pu rencontrer plusieurs membres d’une AVEC de 25 femmes vivant à Abobo, une banlieue située au nord d’Abidjan.

Baptisée Amour Main dans la Main, cette AVEC qui se réunit chaque semaine sur la place du marché regroupe des femmes d’origines diverses, dont la plupart sont de petites revendeuses. En plus de leurs entreprises individuelles, elles vendent ensemble des œufs pour générer des revenus pour leur association, et organisent des débats sur l’égalité des sexes, la cohésion communautaire et d’autres thématiques.

Les membres contribuent à la caisse de l’association, à laquelle elles peuvent accéder lorsqu’elles ont besoin d’un prêt ou d’une assurance. L’AVEC a entretient des relations avec Advans depuis 2017 et a reçu un prêt de 900 dollars pour permettre à ses membres d’investir dans leurs activités. Au niveau individuel, les membres se servent également d’une application numérique développée par MTN pour aider les personnes à faibles revenus à gérer leurs finances, garder trace de leurs activités et de leurs finances personnelles, et étoffer leurs antécédents de crédit.

N’Cho Raymone Epse Yapi, présidente de l’AVEC, a confié à l’UNSGSA qu’avant de rejoindre l’association, elle n’avait pas accès aux services financiers et rencontrait des difficultés. Elle a reçu un prêt de 150 000 FCFA (environ 300 dollars) de l’AVEC, ainsi qu’une partie du prêt obtenu par l’association auprès d’Advans, ce qui lui a permis d’accroître ses activités de vente d’œufs et de jus. Elle réalise aujourd’hui un bénéfice net hebdomadaire de 70 000 FCFA (140 DOLLARS).

Gbehi Zado Gladys, autre membre de l’association, vend de l’eau en bouteille. Elle a reçu un prêt de 50 000 FCFA (100 dollars) de l’AVEC, qui a représenté la plus grosse part des 70 000 FCFA (140 dollars) de fonds de démarrage de son activité. Son bénéfice net mensuel est aujourd’hui de 150 000 FCFA (300 dollars). Gladys dispose également d’un compte bancaire ouvert auprès d’Advans.

L’UNSGSA a également rencontré Alle Moussan Jeannette Epse Mobio, trésorière d’Amour Main dans la Main, qui vend des vêtements, des parfums, des chaussures et du linge, et est le principal soutien de sa famille. Celle-ci explique à la Mandataire spéciale qu’après avoir ouvert un compte bancaire auprès d’Advans, elle a pu obtenir un prêt de 50 000 FCFA (100 dollars) auprès de l’institution, ainsi qu’un autre prêt de 50 000 FCFA de l’AVEC. Aujourd’hui, son bénéfice mensuel est de 35 000 FCFA (70 dollars) et elle est titulaire d’un compte bancaire.

Mme Mobio, Mme Gbehi et Mme Yapi ont évoqué l’expérience de l’AVEC en ce qui concerne la transformation numérique. La plateforme de MTN a permis de réaliser des économies de temps considérables dans le fonctionnement de l’AVEC et de renforcer la sécurité des transactions en supprimant la manipulation de liquidités. Les femmes ont souligné l’importance de la connectivité numérique et d’une formation au numérique bien conçue.

Les discussions ont également porté sur l’importance de produits financiers adaptés pour favoriser des liens efficaces avec le secteur de la microfinance. Les membres de l’AVEC ont également évoqué l’importance des échéances des prêts au-delà de six mois pour laisser un délai de remboursement suffisant, et d’explications claires des conditions des produits financiers. 

Fermer