Le nouveau Baromètre des paiements marchands en Côte d’Ivoire est disponible : croissance à trois chiffres de l’acceptation et zoom sur les nouvelles initiatives structurantes

Mar 17 octobre 2023Classé dans ArticlesVue(s) 930 fois

« La Côte d’Ivoire confirme sa place comme leader régional sur les initiatives visant à réduire les entraves aux paiements marchands dans la zone UEMOA » c’est par ces mots d’encouragements que Mme Sonia ANNOUSSAMY, Cheffe de Mission Paiements Marchands ouvre la présentation du Baromètre des Paiements Marchands en Côte d’Ivoire sous la conduite de l’Agence de Promotion de l’Inclusion Financière (APIF-CI).

En Côte d’Ivoire, le pilotage des paiements marchands bénéficie d’une infrastructure de gouvernance. D’abord un cadre de référence qui donne les orientations à l’ensemble des acteurs pour stimuler les paiements marchands :  « Le Guide d’Orientation sectoriel » lancé en 2021 sous le leadership du Ministère de l’Economie et des Finances. Ensuite, la mise en œuvre de ce cadre de référence est portée par l’ensemble des acteurs de l’écosystème : ministères pertinents, régulateurs, fournisseurs de services financiers numériques au sein du « Groupe de Travail National pour la Finance Digitale ». C’est devant cette audience qu’ont été dévoilées ce jeudi 12 octobre 2023 les grandes tendances issues du Baromètre sur les Paiements Marchands développé par l’APIF avec l’appui de l’initiative onusienne Better Than Cash Alliance. 

Les principaux acteurs étaient présents. Notamment, Orange Money, Wave, Moov Money, MTN MFS, Intouch, Ecobank, CinetPay, le GIM UEMOA, l’association des Fintech, l’AFI, la Banque Mondiale, les Ministères en charge de l’économie numérique, des Finances, du Budget, du commerce et la BCEAO pour ne citer qu’une partie d’entre eux.

« Le Baromètre est-il un instrument de plus parmi tant d’autres sur les paiements marchands ? quelle(s) utilité(s) ?  Quelle(s) spécificité(s) ? »

« La valeur ajoutée que nous apportons avec ce Baromètre des Paiements Marchands c’est qu’il est le seul instrument qui fournisse à instant donnée une photo de la situation quantitative et qualitative des six barrières structurelles qui limitent l’acceptation du paiement digital par les marchands en Côte d’Ivoire. Il nous permet donc de nous concentrer sur les barrières, d’avoir un regard unifié et donc une base de concertation pour prendre les décisions qui s’imposent. C’est un outil de décision. » précise Monsieur Patrice BROU, Directeur de l’Agence de promotion de l’Inclusion Financière. « Nous ne sommes pas dans une logique du toujours plus, nous cherchons le toujours mieux » insiste-t-il.

Le Baromètre des Paiements Marchands de Côte d’Ivoire renseigne sur six barrières structurelles : (1) la perception de la valeur ajoutée des paiements digitaux marchands, (2) la situation des modèles économiques déployés par les acteurs, (3) les modèles de tarification, (4) mise en place de KYC adaptés aux petits marchands, (5) l'interopérabilité des systèmes et moyens de paiements, (6) les mesures d’aide à la formalisation et les incitations publiques (fiscales ou autres).

« Officiellement le nombre de commerces acceptant les paiements digitaux a augmenté de plus de 118%, les volumes et les montants de transactions ont tous connu une hausse supérieure à 30% » indique le baromètre.

Le secteur privé porte 82% des nouvelles initiatives visant à résoudre quatre enjeux structurels brûlants : stimuler la demande chez le marchand et le client, développer des propositions de valeurs spécifiques à chaque catégorie de marchands, rendre le modèle de tarification plus attractif et, mettre en place des mécanismes adaptés aux petits commerçants, informels compris.

Du côté de l’Etat, de nouveaux projets structurants pour le secteur ont également vu le jour, c'est notamment le cas de TrésorPay et de la Carte du Commerçant.
Toutes initiatives mériteraient d’être accélérées. En effet, des gaps importants restent encore à combler surtout au niveau des femmes.
Sur le terrain, le Baromètre souligne que 6 commerces sur 10 sont tenus par des femmes. Et, environ 90% de celles-ci déclarent n’avoir jamais utilisé de portefeuilles mobile money, préférant le cash. 76% de la clientèle féminine possédant des comptes mobile money confirme retirer de l’argent de leur compte virtuel pour effectuer leurs achats dans les marchés.
L’Etat ivoirien prend en compte les préoccupations naissantes du secteur privé et souhaite y apporter des réponses précises pour continuer à développer un écosystème de paiements marchands compétitifs et inclusifs.” souligne M. Patrice Brou, Directeur de l’APIF.
La présentation des résultats du Baromètre a été l’occasion de répondre à certains sujets émergents du marché ivoirien.

« Avec plus de 1 million de nouveaux usagers, TrésorPay et Trésormoney sont-ils une menace ou une opportunité pour la stabilité de l’écosystème de l’inclusion financière ? »

« Le positionnement de TrésorPay et TrésorMoney est précis », indique M. KOURAOGO JIMMY, Sous-Directeur du Numérique à la Direction des Systèmes d’Informations du Trésor. “Nous souhaitons servir les flux étatiques, et à ce titre offrir à nos usagers un accès direct à l’administration”. De nouvelles concertations avec le secteur privé sont prévues pour éviter que la reprise des flux étatiques ne génère de graves distorsions dans le secteur.

« A chaque marché qui brûle, ce sont des milliers de marchands informels qui doivent tout rebâtir de zéro. La carte du commerçant vient mettre fin à ce cercle vicieux. »

Les éclaircissements de Mme DANON née OGBA, Directrice de l’Insertion et de la Promotion des Activités Commerciales au Ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME sur le projet de la Carte de commerçant ont également été salués par l’assistance. 

La Carte du commerçant contribuera à répondre à l’identification et l’inclusion financière systématique des petits commerçants. Elle permet aussi une transition vers une meilleure formalisation de l’informel. Globalement, elle agit comme un “facilitateur” pour l’ensemble de l’écosystème surtout pour les petits marchands.

D’ores et déjà, Monsieur Brou de l’APIF a inscrit dans les priorités des prochaines séances du « Groupe de Travail sur la Finance Digitale » l’approfondissement des échanges et l’identification des synergies autour des projets TrésorPay-TrésorMoney et la Carte du Commerçant.

En clôture des échanges, Monsieur Jean Pascal Mvondo, Représentant Régional de l’initiative onusienne Better Than Cash Alliance a annoncé : « l’expérience ivoirienne en matière de gouvernance et de stimulation des paiements digitaux marchands sera intégrée dans la réalisation d’une prochaine feuille de route régionale pour la stimulation des paiements marchands dans tous les pays de l’UEMOA. C’est un pas supplémentaire qui préparera le positionnement de la région sur le marché de la ZLECAF, qui compte 1,4 milliards de consommateurs sur le continent ».

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                     Source : Better Than Cash Alliance 

Fermer