4ème rencontre annuelle du Bureau d’Information sur le Crédit UEMOA / LE BIC ET SES PARTENAIRES S’ENGAGENT EN FAVEUR DE L’INCLUSION FINANCIÈRE DES POPULATIONS

Mer 12 octobre 2022Classé dans ArticlesVue(s) 1936 fois

Le Bureau d’Information sur le Crédit (BIC) de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) a organisé sa quatrième rencontre annuelle les 29 et 30 septembre 2022, au Pullman hôtel d’Abidjan- Plateau sur le thème ‘‘ BIC et inclusion financière dans les pays de l’UEMOA’’. 

Monsieur Bamba N’Galadio, représentant le Ministre de l’Économie et des Finances de la Côte d’Ivoire M. Adama Coulibaly, a souligné que la thématique ‘‘BIC et inclusion financière’’ constitue un signal fort de l’engagement commun à œuvrer pour le financement accru des besoins des populations pour une croissance économique plus inclusive. 

Il a fait ressortir les innovations qui contribuent au développement de l’industrie des BIC dans l’espace UEMOA.

« Nous notons que l’industrie des bureaux de l’information sur le crédit regorge aujourd’hui de multiples innovations utilisant à la fois, les données traditionnelles et alternatives pour proposer des modèles dynamiques d’appréciation de lignes de crédits des institutions de financement afin de leur permettre de prendre des décisions qui conjuguent efficacité, célérité et automatisation. (…) », précise-t-il.

‘‘Le point sur l’état d’avancement du BIC-UEMOA’’, ‘‘les produits à valeur ajoutée du BIC’’, la ‘‘digitalisation, l’automatisation, le scoring et les crédits instantanés’’, ont été les thématiques abordées, lors de la première journée des travaux.

Monsieur Adamou Sambaré, Directeur de CréditInfo Ouest Afrique a insisté dans sa présentation sur la régularité et l’exhaustivité des déclarations, l’exhaustivité des chargements, l’amélioration de la qualité des données déclarées, la généralisation et l’automatisation des consultations. Une attention a été également portée sur les produits à valeur ajoutée tels que créditinfo alerting et créditinfo benchmarking.

Le service alerting proposé est un ensemble prédéfini et personnalisé de règles de surveillance par la définition de paramètres de seuil utiles tant au commercial qu’au recouvrement pour la gestion des risques.

Quant au benchmarking, il s’agit d’une solution dynamique qui permet aux usagers de comparer leurs portefeuilles ainsi que les repères de l’évaluation des risques sur la base de l’analyse globale des données traitées et consolidées du marché.

Au cours de la seconde journée, l’accent a été mis sur les enjeux de l’inclusion financière dans l’UEMOA. Des sujets spécifiques tels que le ‘‘Mobile money vecteur de l’inclusion financière dans l’UEMOA’’, ‘‘la microfinance et l’approfondissement de l’inclusion financière dans l’UEMOA’’ ont fait l’objet de partage d’expériences et de débats.

M. Emmanuel Fabrice Yéhouéssi, chef du Service des Centrales d’Information à la Direction des Statistiques au Siège de la BCEAO, parlant des enjeux d’inclusion financière dans l’espace UEMOA, a fait la présentation de la Stratégie Régionale d’Inclusion Financière et le point des initiatives régionales en cours. 

A cette occasion, M. Yéhouéssi a entretenu l’assistance sur la phase pilote du projet d’interopérabilité des Systèmes Financiers Numériques (SFN) lancée en 2017 et qui prendra fin en 2022 et les programmes d’éducation financière en cours d’adoption au niveau des Etats. Il ressort à cet effet que la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso sont les deux (02) Etats à avoir adopté, à ce jour, leur programme d’éducation financière, en cohérence avec le programme régional.

M. Brou Patrice, Directeur par intérim de l’Agence de Promotion de l’Inclusion Financière de Côte d’Ivoire (APIF CI), s’est exprimé sur la politique nationale d’inclusion financière de son pays. 

La présentation de l’APIF CI, l’outil national d’exécution pour fédérer les politiques d’inclusion financière créé par décret, le 30 mai 2018 ainsi que les missions assignées à ladite agence, ont été exposées.

Il s’agit entre autres de mettre en œuvre la politique du Gouvernement ivoirien en vue de promouvoir l’accès des populations vulnérables aux services financiers de base et de coordonner l’intervention des acteurs nationaux en matière d’inclusion financière.

Le représentant de l’APIF CI est revenu de manière plus explicite sur le lien étroit qui existe entre la Stratégie Régionale d’Inclusion Financière de la BCEAO et la Stratégie Nationale d’Inclusion Financière de la Côte d’Ivoire (SNIF 2019-2024)

En effet, adoptée par le Gouvernement ivoirien, le 15 mai 2019, la SNIF 2019-2024 vient en complément des initiatives prises en faveur de l’inclusion financière par la Stratégie Régionale d’Inclusion Financière qui mettent tous deux, un point d’honneur à œuvrer pour l’amélioration du taux d’inclusion financière des populations. 

Au cœur de ses propos, il a donné des précisions sur les cinq (5) axes stratégiques de la SNIF 2019-2024 qui va contribuer à faire passer le taux d’inclusion financière en Côte d’Ivoire de 41% en 2017 selon la Banque mondiale à 60% à l’horizon 2024. 

Cet objectif poursuivit en 2024 est d’autant plus réalisable qu’un récent rapport de Global Findex édition 2021 note une hausse à mi-parcours du taux d’inclusion financière en Côte d’Ivoire autour de 51%.

Dans la même dynamique, le Programme National d’Éducation financière (PNEF 2020-2024) adopté le 26 février 2020 contribuera au renforcement de l’éducation financière des populations.

Selon le Directeur par intérim de l’Agence de Promotion de l’Inclusion Financière de Côte d’Ivoire (APIF CI), la plus-value de la collaboration entre la thématique de l’inclusion financière et le Bureau des crédits pourrait se percevoir au niveau des processus d’accès aux financements.

Selon lui, l’inclusion financière s’attèle à rapprocher les populations du système financier formel, et le BIC s’évertue à jauger leurs capacités à accéder aux prêts, crédits et financements.

Pour rappel, CréditInfo Ouest Afrique est le seul bureau d’information sur le crédit de l’espace UEMOA.

Son rôle d’intermédiaire lui permet de faciliter l’accès au financement par l’évaluation du risque de défaillance d’un bénéficiaire de crédit sur la base de l’âge, la profession, les revenus, le niveau d’endettement et de solvabilité dans la gestion de ses dossiers. 

CréditInfo fournit aussi, des rapports de notation à tous les acteurs financiers dans les huit pays de l’espace UEMOA.

Fermer